Conseil
7 conseils pour un CTA efficace dans sa signature mail

Chaque email envoyé est un touch point avec un potentiel client. Placer une bannière dans la signature mail avec le bon Call-to-Action marketing peut se révéler un puissant levier d’acquisition.

Chaque jour, un employé envoie en moyenne 40 emails. Chaque email est un touch point, un point de contact avec de potentiels clients, lorsqu’il ne s’agit pas de collègues. Tous ces emails comportent une signature, générée automatiquement par le logiciel de messagerie ou un outil de gestion des signatures mail. Des signatures qui sont, depuis quelques années, de plus en plus sophistiquées : photo, coordonnées… et CTA.

Le CTA, le Call-to-Action, c’est l’élément cliquable de la signature, qui est généralement représenté sous la forme de bannière. Il permet de rediriger la personne qui clique vers une nouvelle offre, un webinaire, un billet de blog ou encore une vidéo. Bref, c’est l’élément idéal pour acquérir de nouveaux prospects et nourrir les anciens. Encore faut-il le construire intelligemment. Voici quelques conseils pour y parvenir.

email signatures

01. Rester dans l’esprit de la marque

Quels que soient l’objet et le contenu de votre CTA, il doit être immédiatement associé à l’entreprise à laquelle il est rattaché. Pour ce faire, vous devez rester dans le même univers graphique et sémantique. Cela implique d’utiliser la même palette de couleur, la même police, les mêmes pictogrammes et le même ton que sur les autres supports de communication. Idéalement, la personne qui visualise cette bannière doit pouvoir dire à quelle entreprise elle est rattachée. S’il ne connaît pas celle-ci, la bannière fait alors office de porte d’entrée vers l’univers de la marque.

 

02. Définir l’objectif

Le Call-to-Action peut remplir différents objectifs, dont dépendront son contenu et la page vers laquelle la personne est redirigée. Il peut s’agir de présenter une (nouvelle) offre commerciale, de chercher des candidats pour un poste ou bien de présenter un contenu publié récemment. Dans tous les cas, il est nécessaire d’offrir un aperçu : la photo d’un produit, l’accroche d’un texte, un screenshot de son compte Instagram ou d’une vidéo Youtube, l’intitulé du poste à pourvoir… Le logiciel d’email ou de gestion des signatures mail utilisé vous proposera différents types de CTA, adaptés à la nature du contenu.

 

03. Choisir les bons mots

La signature n’est pas l’élément central de l’email, au contraire. Le lecteur ne va pas y consacrer plus de quelques secondes, d’où l’importance de choisir une formule succincte mais accrocheuse. Évitez de rédiger un paragraphe entier sur l’histoire de votre entreprise ou sur votre nouvelle offre – le lecteur ne le lira pas. Contentez-vous des quelques mots qui capteront son attention.

Quelques exemples ?

  • « Découvrir nos offres »
  • « Accéder à mon compte »
  • « Bénéficier de 30 % de remise en cliquant ici »
  • « Demander une démo »
  • « Accéder au replay »
  • « Écouter le dernier épisode de notre podcast »
  • « Pour lire mon dernier article sur le webmarketing, c’est par ici »

Tout dépend de vos objectifs, de la situation du lecteur dans le tunnel d’acquisition et du ton que vous employez habituellement.

 

04. Donner une bonne raison de cliquer

Pour inciter les lecteurs à cliquer sur la bannière signature, vous pouvez leur proposer une offre (« Bénéficier de 30 % de remise ») valable uniquement pendant un certain temps (« …seulement jusqu’à la fin de la semaine »). Mais attention, ce genre de message doit rester sobre et amical – pas chercher à « vendre à tout prix » sous peine de rompre la relation de confiance, voire d’être considéré comme un spammeur. Autre idée, proposer du contenu ciblé pour le lecteur : un article sur l’inbound marketing pour un CMO, un livre blanc sur le recrutement pour un DRH ou un podcast parlant finance à destination d’un DAF.

 

 

05. Placer un bouton sur la bannière

En général, la bannière de votre signature mail est totalement cliquable. Il n’empêche, y placer un bouton virtuel incitera le lecteur à cliquer dessus. Ce bouton virtuel nous rappelle les boutons que l’on rencontre dans le monde réel – c’est ce qu’on appelle le skeuomorphisme en webdesign. C’est un moyen d’indiquer au lecteur qu’il peut cliquer sur la bannière.

Banniere email webinar / evenement

 

06. Ne pas oublier d’ajouter ses coordonnées

Le CTA est un élément essentiel de votre signature, mais il ne doit pas occulter son rôle primordial : se présenter. On commence donc par décliner son identité, son poste au sein de l’entreprise et ses coordonnées, avant de laisser apparaître la bannière. Ainsi, celle-ci ne doit pas occuper plus de 80 % de la place consacrée à votre signature mail. N’oubliez pas : l’email est un moyen de communication direct et personnel avec vos contacts, les lecteurs doivent être en mesure de vous recontacter et de vous « situer » facilement dans l’entreprise.

 

07. Adapter la bannière au contexte

Si vous communiquez régulièrement avec les mêmes prospects, ils connaissent déjà bien votre bannière. Résultat : ils ne la regardent plus et celle-ci perd son utilité. Pour lui redonner sa vitalité, pensez à changer régulièrement la bannière, soit en fonction de l’actualité de l’entreprise, soit en usant des marronniers – les vœux de début d’année, les grandes vacances, les fêtes de fin d’année, etc.

Un CTA sous forme de bannière cliquable au sein de votre signature mail est un excellent moyen de faire du nurturing et de la notoriété – sans y penser outre mesure et en déjouant les algorithmes. Mais, pour optimiser son effet, certaines règles doivent être respectées, afin d’inciter le lecteur à cliquer dessus, sans insistance. La solution, pour ne plus avoir à y penser, est de faire appel à un outil de gestion des signatures mail tel que Letsignit.

Découvrez Letsignit

The end